«

»

avr 14 2014

Imprimer ceci Article

Chateau de Segrez

LA COUR DE SEGREZ-1«Segrez» autrement orthographié Segrais, Segré, Segrès, Segret ou encore Segray, signifiait « mis à part » et n’indiquait qu’un bois isolé de la commune de Favières.
En 1733, le fermier général André Haudry de Soucy achète le fief de Segrez.
À la place d’un grand logis en forme de pavillon, il fait construire un château en grès, d’un étage sur la cour et deux sur le jardin, qu’il loue à vie, au printemps 1748, au marquis d’Argenson. ministre des Affaires Etrangères de Louis XV. Grand amateur d’art, le marquis reçoit à Segrez, littérateurs et encyclopédistes et contribue à l’embellissement du parc. Il réalise des aquarelles et des dessins à l’encre de Chine, témoignant de la splendeur du Domaine. Ses dessins à l’encre de chine, ses aquarelles sur Segrez, font partie des collections conservées à la bibliothèque de l’Arsenal. Une fête royale est organisée à Segrez en 1752 pour le « rétablissement de la santé de Monseigneur le Dauphin »
Mme_Monthulé
Après la mort du marquis, Segrez revient à la fille d’Haudry de Soucy, Mme de Montullé. Son mari loue le château en 1772 au comte de Blot. Mme de Blot fait planter des Tulipiers de Virginie, des cyprès de Louisiane que l’on admire encore aujourd’hui. Elle émigre en 1792.
M. de Montullé étant parti à Saint-Domingue, le château est partiellement vidé de ses meubles mais épargné par les révolutionnaires. M. de Montullé rentre en sa possession en 1802 et en 1808 le domaine devient la propriété du marquis de La Garde. Le domaine est laissé à l’abandon puis en 1856 Alphonse Martin Lavallée, cofondateur et directeur de l’Ecole Centrale, entreprend la restauration du Domaine et recrée les extraordinaires perspectives du parc. Son fils Alphonse Pierre, botaniste déjà renommé, acclimate des arbres de tous les pays. L’Orangerie abrite sa collection d’arbres exotiques ainsi que ses nouvelles créations botaniques : le Parc de Segrez devient l’Arboretum Segrezianum.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pendant la guerre 1939-1945, les allemands occupent le château et coupent les arbres pour se chauffer.
A partir de 1954, la famille Picard, nouveau propriétaire, restaure le château, remet en état le parc. Franklin Picard se passionne pour les arbres et entreprend de continuer l’oeuvre de Alphonse Lavallée. Collectionneur botaniste. Il fonde le Conservatoire des collections végétales spécialisées (CCVS)  dont il est le président, il est l’un des acteurs majeurs de la préservation de la botanique en France.  Président pour la France de l’IDS (1ère association mondiale de botanique), vice-Président de l’APBF (Association des Parcs Botaniques de France). Il a coécrit un livre sur le patrimoine botanique en France et est directeur de l’Institut des Archives Sonores de Paris. (Prochain article sur sa vie extraordinaire).
En juin 2009 l’ensemble château et parc est inscrit à l’inventaire des monuments historiques puis en 2011 il reçoit le label « Jardin remarquable »

 

Lien Permanent pour cet article : http://saint-sulpice-de-favieres.com/2014/04/chateau-de-segrez/