«

»

mai 15 2014

Imprimer ceci Article

Les poilus de Saint-Sulpice 1

 François Fortin, descendant d’une longue lignée de saint-sulpiciens, prépare un livre sur l’histoire du village. A l’occasion de la commémoration du centenaire de la guerre 1914-1918 je publie le chapitre écrit en hommage aux poilus de Saint-Sulpice dont la plupart figurent sur le monument aux morts.

 

La Grande Guerre

La guerre de 1914-1918 qu’on espérait être la dernière fut longtemps appelée «Grande Guerre» avant de prendre le titre de première guerre mondiale quand la seconde fut déclenchée en 1939. Premier conflit d’une telle ampleur dans lequel la majeure partie des nations fut engagée directement et parfois à travers leur empire colonial, cette guerre causa à travers le monde près de 9 millions de morts et 21 millions de blessés et d’invalides.

Il n’est guère de villages de France qui n’aient été touchés par la perte de plusieurs de leurs enfants. Il en est également peu qui n’aient pas jugé bon de dresser un monument pour rendre hommage à leurs fils morts au champ d’honneur.

Projet_monument

Monument non retenu. Cliché de l’auteur.

C’est essentiellement entre 1919 et 1926 que furent érigés les monuments aux morts. Souvent en forme d’obélisque parfois surmontée du coq gaulois, d’une croix de guerre, d’une urne; ou de socle supportant une statue de poilu; parfois simple plaque fixée à un mur de la mairie, de l’église ou du cimetière, les formes diverses de ces témoignages de reconnaissance ont été le choix des conseils municipaux, sans doute influencé par les moyens financiers dont ils disposaient. Le choix de la commune de Saint-Sulpice fut simple et économique. Réalisé à partir d’un matériau local, le grès, et par des artisans du pays, le monument, sobrement décoré de palmes et de la Croix de Guerre (1) se signale par l’originalité de ses formes. Original, il l’est également par son inscription inhabituelle «1914 -1919» qui nous rappelle que, si l’armistice a bien été signé le 11 novembre 1918, ce n’est que le traité de Versailles signé le 28 juin 1919 qui a mis fin officiellement à la guerre.

A l’origine, deux projets sont présentés par l’architecte parisien Charles FOURGEAU (2) et, Monsieur Etienne MILLOT, maire de Saint-Sulpice et châtelain de Segrez, propose de céder à titre gracieux à la commune «une parcelle de terrain d’environ 10 mètres de profondeur sur 30 de longueur en bordure du chemin vicinal n°1 (c’est celui d’Arpajon) et touchant aucimetière…» Le conseil municipal accepte la proposition du maire et opte pour l’un des deux projets dont le devis s’élève à 4 504,06 francs. Deux souscriptions sont lancées successivement. Lors de sa séance du 14 novembre 1920, le conseil constate que le produit cumulé des deux souscriptions est de 3 862,15 francs et que, la seconde étant «… loin d’être terminée, la somme de 4 500 francs prévue au devis de Monsieur Charles FOURGEAU sera certainement atteinte»

Monument

Collection de l’auteur.

Il décide, en conséquence, d’adresser au Préfet, pour accord, l’extrait de la délibération accompagné des devis descriptif et estimatif établis par l’architecte le 23 septembre précédent.

Le tout est approuvé par le Préfet le 27 août 1921 et le conseil, considérant que «les monuments aux morts sont terminés dans la majorité des communes» décide de presser les travaux pour rendre possible l’inauguration le 2 novembre suivant, jour des morts.

Sur le monument aux morts de notre village figurent 17 de ces martyrs qui ont donné leur vie pour la patrie. Qui sont-ils ? Si certains de leurs noms restent familiers pour une partie des habitants actuels de la commune, d’autres sont tombés dans un complet oubli.

L’enquête que nous avons menée sur chacun d’eux pour retrouver ses origines et ce qui le liait à Saint-Sulpice révèle que seulement deux d’entre eux étaient natifs du village (3).

(1) Cette décoration fût créée en 1915

(2) Charles Clovis FOURGEAU, natif de Saint-Sulpice, est le fils de Paul Louis, entrepreneur de maçonnerie, dont le nom est cité plusieurs fois dans cet ouvrage.

(3) A défaut de directives, les conseils municipaux décident généralement d’inscrire sur les monuments ou les plaques commémoratives les noms des « poilus » nés dans la commune ou y ayant eu leur dernier domicile. En ce qui concerne Saint-Sulpice, nous n’avons pu trouver aucun document relatif au choix effectué et précisant éventuellement les raisons de ce choix. Dans la pratique, le nom de nombreux militaires a été porté sur les monuments de deux localités différentes.

[important](Suite…)[/important]

Lien Permanent pour cet article : http://saint-sulpice-de-favieres.com/2014/05/les-poilus-de-saint-sulpice/

1 Commentaire

  1. DAVID

    Bonjour,

    Compte tenu de l’intérêt que vous portez à ce sujet, permettez-moi de vous faire connaître la parution récente du seul ouvrage de synthèse actuellement disponible sur le monument aux morts :
    Comprendre le monument aux morts – lieu du souvenir, lieu de mémoire, lieu d’histoire, co-édition DMPA – Editions Codex
    http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/comprendre-le-monument-aux-morts

    Construit sur les acquis récents de la recherche mais destiné à un large public, il répond à la curiosité croissante vis à vis de cet édifice mal connu ou souvent mésestimé. Les villes et pays d’art et d’histoire s’en emparent notamment pour une mise en valeur de cet élément du patrimoine.
    Plusieurs recensions en ont souligné les qualités et de très nombreuses sollicitations ont suivi sa publication : conférences (le 9 avril à Caen – monuments aux morts, entre le sacré et l’exigence de laïcité), documentaire du CNRS Images (à paraître en septembre), contributions sur le site de la Mission du Centenaire, articles (Revue Historiens et Géographes) ou collaboration au site de l’université de Lille III dédié au recensement des monuments aux morts.
    http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/blog/actualite/279/bibliographie-sur-les-monuments-aux-morts/

    Il me semble donc que cet ouvrage peut retenir votre attention.

    Salutations distinguées,

    Franck DAVID
    agrégé d’histoire géographie – conférencier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>