«

»

juin 20 2014

Imprimer ceci Article

Les poilus de Saint-Sulpice 7

 

Cimetiere-1

Nécropole nationale de Pontavert (Aisne)

Jean SCHMITT est né le 4 septembre 1895 à Corbeil (91) où se trouvent momentanément ses parents, originaires du Finistère, mais demeurant à Paris. Son père, Jean, a été successivement vannier ambulant, ouvrier tanneur et maçon, sa mère, Rosalie FOERST est vannière. Jean est le troisième enfant du couple. Il semble que la famille ait quitté Paris pour l’Essonne car au moins quatre de ses cinq frères et sœurs vont s’établir dans ce département. Lui-même épouse, le 17 janvier 1914 à Saint-Sulpice, Anna Marie MOUTIE, domestique, qui vit au Moulin de l’Ecurie avec ses parents. Le jeune couple a un fils, Jean Louis, en 1914. Jean est mobilisé à compter du 19 décembre 1914. Son signalement est le suivant : cheveux châtain foncé ; yeux gris clair ; front haut ; visage osseux ; bouche petite ; lèvres épaisses ; menton saillant ; taille 1m65. 2ième classe au 82ième régiment d’infanterie, il meurt pour la France, de ses blessures de guerre, le 23 avril 1917 à l’ambulance 1/96 à Guyencourt (02). Il est inhumé au cimetière militaire de Guyencourt, puis transféré à la nécropole nationale Pontavert (02) le 1er août 1924.

Cité à l’ordre du régiment le 18 juin 1917 « Très bon mitrailleur, énergique et brave. A été grièvement blessé le 15 avril 1917 à son poste de combat» il reçoit à titre posthume la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme.

 

Guillerville-1

Collection de l’auteur.

René Alfred THEVARD est né le 26 février 1896 à Pannecières (45), fils de Alfred Adrien et de Pauline Virginie PETIT mariés en 1891 à Puiselet-le-Marais (91) Il est cultivateur et frère aîné de Gaston Henri, qui sera fermier de Guillerville et maire de Saint-Sulpice de 1936 à 1959. Il est incorporé à compter du 12 avril 1915. Soldat voltigeur de 2ième classe au 82ième régiment d’infanterie, il est mort pour la France, « tué à l’ennemi » le 4 novembre 1916 devant Verdun (55) à Vaux. Le journal des marches et opérations de son régiment fait état, pour cette journée, de vingt et un tués dont un officier et quarante blessés dont trois officiers. En à peine deux mois de combats devant Verdun, le 82ième d’infanterie aura perdu entre treize cents et quatorze cents hommes.

Son signalement est le suivant : cheveux noirs ; yeux noirs ; front moyen ; nez moyen ; menton ovale ; lèvres minces ; taille 1m71. Son lieu d’inhumation est inconnu.

Laurent VAN LACKE (dit Louis) est né à Ivry-sur-Seine le 12 mai 1895. Son père, Jean François est d’origine belge. Sa mère, Emma Julie CHOISY est native de Chauffour-lès-Etréchy et descendante d’une longue lignée de Saint- Sulpiciens. Laurent, cinquième et avant-dernier enfant du couple, vit avec ses parents, tous deux journaliers et ouvriers agricoles à Saint-Sulpice où il est journalier, lui-même. Mobilisé, il est zouave de 2ième classe au 1er régiment de marche des zouaves. Son signalement est le suivant : cheveux bruns ; yeux bleu clair ; front moyen ; nez rectiligne moyen ; lèvres épaisses ; menton à fossettes ; taille : 1m69. Il est mort pour la France, « tué à l’ennemi » le 21 juillet 1916 au combat de la Halle de Maurepas (80). Inhumé à la nécropole nationale d’Albert (80) dans la tombe individuelle n°947.

[notice]Dernière partie, la semaine prochaine.[/notice]

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://saint-sulpice-de-favieres.com/2014/06/les-poilus-de-saint-sulpice-7/